• Arnaud HUIBAN

Doit-on manger des fruits et légumes bio ?

Mis à jour : févr. 14

J'entends souvent au fil des consultations des personnes m'interroger sur le coût de leur panier alimentaire et sur le fait que "tout le monde ne peut pas se permettre d'acheter bio" ou que "ça ne change pas grand chose au final". Cet article va vous donner des raisons pour lesquelles il est bon de consommer bio et aussi de s'intéresser aux fruits et aux légumes que vous pouvez consommer non bio.



Avant de parler de listes de produits, intéressons-nous à la filière bio. Il est important de savoir qu'elle est régie par un certain nombre de réglementations européennes que tous les pays de l'Union doivent suivre, notamment le règlement (CE) N°834/2007. Ainsi, la production de fruits et les légumes bio, tout comme l'élevage des animaux biologiques en vue de leur consommation sont soumis à des cahiers des charges bien spécifiques. Si le cahier des charges national est plus strict que celui européen alors c'est ce premier qui est doit être suivi.


Concrètement comment cela se traduit-il ?


Simplement par des actions précises qui vont être les suivantes :

  • la culture hors sol est interdite, les fruits et légumes doivent pousser au contact de la terre ;

  • l'utilisation de pesticides chimiques et d'engrais de synthèse est interdite ;

  • l'usage des antibiotiques est limité. En effet, ces derniers passent dans la chaîne alimentaire ce qui implique qu'à la suite de la consommation d'un poulet ou d'un lapin traité aux antibiotiques, des traces peuvent arriver dans votre organisme ce qui peut entraîner sur le long terme une résistance aux antibiotiques ;

  • l'utilisation des OGM est strictement interdite et un seuil de 0.9% de présence fortuite d'OGM a été fixée. L'usage d'additifs est également davantage encadré mais attention, certains considérés comme toxiques y sont tout de même autorisés (E220, E223, E224 ; E250, E252, E464, E509, E553 pour exemple) ;

  • l'irradiation des semences, des épices et des herbes aromatiques est interdite. Ce procédé également appelé "ionisation" ou "pasteurisation à froid" consiste à exposer les aliments à des rayonnements afin de réduire les micro-organismes et d'allonger leur conservation. Celui-ci détruit les vitamines et minéraux rendant un profil micro-nutritionnel plus favorable pour les aliments bio ;

  • la rotation des cultures est pratiquée comme dans l'agriculture traditionnelle ce qui limite l'usage des pesticides et des engrais ;

  • le plus grand respect de l'environnement avec moins d'usage de glyphosate et de nitrates notamment ;

  • le bien-être animal est pris en compte tout au long de sa vie avec un accès extérieur et une alimentation obligatoirement bio. Ils sont également moins nombreux au m² que dans l’élevage conventionnel ;

  • selon une étude de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) datant de 2017, la consommation d'aliments biologiques est associée à une diminution de la probabilité d'avoir un syndrome métabolique, c'est-à-dire un état pathologique se développant à partir de l'obésité abdominale amenant généralement au diabète de type 2 et aux maladies cardiovasculaires.


Après avoir énuméré toutes ces bonnes raisons, il est aussi important de comprendre que le cahier des charges de l'agriculture biologique, ne tient pas compte des notions d'éthiques pouvant s'intéresser aux revenus des agriculteurs à travers le monde ou encore aux types de cultures (huile de palme bio par exemple), pas de notion de saisonnalité, ou encore de proximité. Nous le verrons bientôt d'autres filières existent notamment le Label Rouge ou le Label Bleu Blanc Cœur (https://www.bleu-blanc-coeur.org) qui ne sont pas nécessairement bio mais qui proposent des choses fortes intéressantes d'un point de vue nutritionnel et de bien être animal. Nous y reviendrons dans un prochain article.

Le consommateur doit donc être vigilant même quand les produits sont bio. Ne pas hésiter à lire les étiquettes et faire un tri dans les produits proposés en magasin.


Alors quoi acheter en fruits et légumes ?


La première réponse qui vous vient certainement à l'esprit est d'acheter tout bio. Pour les fruits et légumes, en effet cela semble plus intéressant même si aujourd'hui il est possible de trouver des aliments issus d'une agriculture raisonnée et locale pas nécessairement bio, près de chez vous. Vous pourrez avoir la garantie d'une bonne qualité, sur les marchés par exemple auprès des producteurs locaux ou directement à la ferme.

Pour des questions financière et/ou de praticité, vous vous dites que vous ne pouvez pas tout acheter bio. Alors ce qui suit est fait pour vous.


Voici une liste non exhaustive des denrées où il y a du sens à une consommation bio car elles sont les plus contaminées en agriculture conventionnelle :

  • pour les légumes : poivron, cornichon, épinard, pommes de terre, céleri, laitue, concombre, carotte, endive, herbes aromatiques...

  • pour les fruits : pomme, poire, fraise, tomate cerise, raisin, nectarine, pêche, cerise, raisin...


Pour les aliments que vous pouvez consommer non bio parce que leur peau est épaisse ou ne nécessitant que peu de pesticides pour les faire pousser nous trouvons : ananas, banane, kiwi, avocat, papaye, mangue, pamplemousse, pastèque, aubergine, oignon, chou et chou-fleur, patate douce, brocoli, asperge...


Dans le doute, lorsque vous préparez vos légumes, n'hésitez pas à les faire tremper 15 min dans une solution d'eau + 1 cuillère à café de bicarbonate de soude par litre et les brosser. Il est important de garder la peau des fruits et légumes lorsque cela est possible puisqu'elle contient de nombreux minéraux et vitamines.


Bonne dégustation et retour à l'Essentiel.

LE CABINET
(uniquement sur rendez-vous)

285, avenue Carnot

17000 LA ROCHELLE, France

 

Société domiciliée au

5, rue de Saint Malo

17000 LA ROCHELLE, France

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • Blanc LinkedIn Icône